fbpx
inside of the kindergarten classroom with drawings on the walls

Annonce pour les CPE – Le SQEES maintient ses grèves de lundi et mardi.

Le Syndicat québécois des employées et employés de service, affilié à la FTQ, se réjouit que le gouvernement reconnaisse enfin l’urgence d’agir pour lutter contre la pénurie de personnel dans les services de garde à la petite enfance.

« Nous avons déjà mentionné au Conseil du trésor que nous nous rendons disponible jours, soirs et nuits pour négocier, mais les dates de négociation tardent toujours. Mme Sonia LeBel, présidente du Conseil du trésor, devrait faire part à ses négociateurs qu’il y a urgence. Nous sommes prêts à négocier dès ce soir, dès maintenant, et ce, de façon intensive et ce message, nous le répétons depuis des mois », d’expliquer Mme Sylvie Nelson, présidente du SQEES-FTQ.

« La mesure administrative temporaire du gouvernement ne s’applique malheureusement pas à tous les titres d’emploi. C’est clair que ça va créer du mécontentement pour celles qui ne sont pas touchées. Annoncer une prime qui ne s’appliquera qu’à une partie du personnel et la compter dans un pourcentage d’augmentation, c’est un peu trop facile », explique Mme Lynda Michaud, conseillère syndicale et porte-parole à la table de négociation.

« C’est inquiétant d’entendre le ministre de la Famille, M. Mathieu Lacombe, s’avancer sur un exemple de six mois supplémentaires pour en arriver à un règlement négocié. Voilà qui peut être source de démotivation dans les milieux de travail. Il y a urgence, oui ou non ? Le pansement que propose le gouvernement aujourd’hui ne guérira en rien les plaies béantes de la pénurie de personnel et du manque de reconnaissance. Négocions pour les parents, négocions pour les enfants, négocions dès maintenant », insiste finalement Sylvie Nelson.

Le SQEES-FTQ représente 25 000 membres partout au Québec, majoritairement dans le secteur de la Santé et des Services sociaux. Il est le plus grand syndicat dans le secteur des résidences privées pour personnes aînées en plus d’être un chef de file dans la syndicalisation des travailleuses et des travailleurs de l’économie sociale, des OSBL, de la petite enfance et du transport scolaire. Il est affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, la plus grande centrale syndicale québécoise, avec plus de 600 000 membres.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn