RPA-red2

Il faut assurer les conditions propices pour éviter les démissions en bloc dans l’hébergement privé pour aînés

Le Syndicat québécois des employées et employés de service, affilié à la FTQ, constate que les travailleuses et des travailleurs dans les résidences pour personnes aînées et les CHSLD privés non conventionnés qu’il représente ont peur de rentrer au travail.

« C’est surtout dans les résidences qui sont touchées par la COVID-19 que nous comprenons que certains membres du personnel aient peur de se rendre au travail. Plusieurs travailleuses et travailleurs ont peur de contaminer leur famille, ce n’est d’ailleurs pas rare que ces personnes prennent aussi soin de leurs parents à la maison. Les mesures de prévention et de protection sont mises en retard. Depuis des années, le SQEES-FTQ dénonce les conditions de travail et de pratique dans ces établissements. Il est urgent de trouver des solutions pour retenir ce personnel. Il est déplorable qu’il faille une pandémie pour qu’enfin on puisse espérer un coup de barre dans ces milieux où l’on prend soin des personnes les plus vulnérables de notre société », explique Sylvie Nelson, présidente du SQEES-FTQ.

« En raison de la pandémie, on ne peut pas blâmer certaines personnes de penser à quitter un emploi dans les résidences privées pour aînées, payées au salaire minimum ou à peu près, pour éviter de se mettre eux-mêmes et leur famille en danger… Par ailleurs, nos membres n’ont toujours pas vu la couleur de ces primes annoncées. En plus, il faut assurer le matériel de protection individuelle suffisant, une stabilité des horaires de travail et une reconnaissance pour tout le monde, dont le personnel auxiliaire », constate Sylvie Nelson.

« Nous tenons à dire que la grande majorité des membres du SQEES-FTQ continue malgré tout à assurer le service à la population. Nous avons déjà plusieurs membres qui sont atteints de la COVID-19. Nous voulons simplement nous assurer que les conditions soient réunies pour assurer que le personnel reste en place, ait la reconnaissance nécessaire pour continuer à prendre soin des personnes aînées adéquatement », poursuit Mme Nelson.

« Au nom de tous les membres du SQEES-FTQ, je tiens à souhaiter mes sincères condoléances aux familles des victimes de la COVID-19, à leurs proches, ainsi qu’aux travailleuses et aux travailleurs qui les accompagnent tous les jours dans leur milieu de vie », conclut Sylvie Nelson.

Le SQEES-FTQ représente 25 000 membres partout au Québec, majoritairement dans le secteur de la Santé et des Services sociaux. Il est le plus grand syndicat dans le secteur des résidences privées pour personnes âgées en plus d’être un chef de file dans la syndicalisation des travailleuses et des travailleurs de l’économie sociale, des OSBL et du transport scolaire. Il est affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, la plus grande centrale syndicale québécoise, avec plus de 600 000 membres.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn