COMM PRESS RSSS

Transfert de l’Hôpital Sainte-Anne pour les anciens combattants à Québec : Barrette est dans le champ

30/05/2016 —Catégories: Secteur public

Montréal, lundi 30 mai 2016 – Le ministre Barrette se vantait ce matin que tout allait pour le mieux dans le processus de cession de l’Hôpital Sainte-Anne du ministère fédéral des anciens Combattants au CIUSSS de l’Ouest de l’Île.

Le ministre de la Santé se vantait de minimiser les répercussions du transfert de l’établissement pour les personnes qui fournissent les soins. « M. Barrette est dans le champ, affirme Jennifer Genest, conseillère au Syndicat québécois des employées et employés de service (FTQ). Rien ne va dans la réorganisation administrative. Déjà que les travailleuses et les travailleurs se retrouvent avec un salaire nettement moins élevé que lorsque l’hôpital était géré par le fédéral, mais on les reclasse tout croche ».

En effet, un comité avait été mis en place pour déterminer les titres d’emploi des travailleuses et des travailleurs dans la nomenclature du réseau de la santé québécois. Force est de constater que le travail qui a été fait pénalise le personnel.

« Le reclassement a été très mal fait, notamment en ce qui concerne le personnel de bureau. À en croire les conclusions du Comité de reclassement, trop souvent ces personnes sont sous-classées. C’est donc un manque à gagner supplémentaire pour ces personnes, alors même qu’elles subissent des conditions de travail moindre qu’au fédéral. Malheureusement, l’employeur nous dit que pour revoir la classification, il faudra attendre plusieurs mois. C’est de l’argent que ces travailleuses et ces travailleurs ont en moins chaque semaine pour voir au bien-être de leur famille, déplore Mme Genest. Voici une des preuves que la cession de l’hôpital ne se fait pas sans heurt quoiqu’en pense Gaétan Barrette ».

L’administration ayant changé du tout au tout, le personnel ne sait plus quel cadre est responsable de quoi. Répondre aux problèmes quotidiens devient aussi pénible que d’affronter la maison des fous. « L’administration a besoin de faire plus rapidement et de faire mieux si elle ne veut pas que les relations de travail se détériorent davantage », conclut la conseillère syndicale.

À propos

Le SQEES-FTQ représente 25 000 membres partout au Québec, majoritairement dans le secteur de la santé et des services sociaux. Il est affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, la plus grande centrale syndicale québécoise, avec plus de 600 000 membres.


30/05/2016 —Catégories: Secteur public
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn