Le SQEES-298 déplore le projet de loi 5 pour la création de maternelle 4 ans.

20/02/2019

Le SQEES-298 déplore le projet de loi 5 pour la création de maternelle 4 ans. Ce projet de loi ne tient pas compte de l’avis des experts et des intervenants auprès de la petite enfance.

Le projet de loi prévoit que les commissions scolaires doivent voir à l’organisation de maternelle 4 ans, sans égard au milieu économique, à partir de l’année 2020-2021. Le PL 5 offrira donc aux parents d’envoyer leurs enfants de 4 ans dans un milieu éducatif à la petite enfance de leur choix (maternelle, CPE, RSG, privé ou à la maison). La maternelle 4 ans ne sera donc pas obligatoire.

De plus, le ministre de l’Éducation affirme dans les médias que les enseignantes de maternelle 4 ans seront épaulées par des éducatrices ou des techniciennes en éducation spécialisée.

La présidente du SQEES-298, Sylvie Nelson, a affirmé clairement notre position lors d’une rencontre avec le ministre de la Famille : il faut développer et compléter le réseau des CPE plutôt que le développement de classes de maternelle 4 ans. Voilà une urgence bien plus concrète pour le développement des enfants que la création de maternelle 4 ans qui ne tient pas compte de la réalité des services à la petite enfance et des moyens dont dispose le réseau scolaire.

S’il est vrai que le développement de maternelle 4 ans dans les milieux défavorisés est un outil intéressant pour la socialisation des enfants et pour le dépistage de troubles chez les enfants de ces milieux, le dépistage précoce de problèmes d’apprentissage est essentiel dès le plus jeune âge. Les CPE demeurent le meilleur service éducatif pour y arriver; à condition de lui donner les moyens nécessaires. Dans un Québec vraiment fou de ses enfants, il faut réinvestir dans le réseau des CPE.

Il est aussi utile de rappeler que la plupart des commissions scolaires connaissent une pénurie d’enseignants et une rareté de locaux. Il semble irréaliste que la CAQ puisse tenir son engagement de création de maternelle 4 ans sans avoir les possibilités matérielles et humaines pour y arriver.

Le projet de maternelle 4 ans coûterait entre 400 et 700 millions de dollars, soit autant qu’il le faut pour compléter le réseau des CPE, l’embauche de professionnels et améliorer la disponibilité des ressources des CLSC auprès de la petite enfance. Il faut rétablir un financement adéquat des CPE pour assurer le meilleur service qui soit et établir des ratios qui tiennent compte des enfants aux besoins particuliers.

Le SQEES et la FTQ comptent participer activement aux consultations sur le projet de loi 5. Nous rappellerons que nous nous opposons à toutes mesures pouvant affaiblir le réseau des CPE, un joyau pour les familles du Québec.

Pour la rédaction de notre mémoire, nous souhaitons recevoir vos commentaires et vos réflexions au info@sqees.ca.


20/02/2019